Évaluation·Dans mon bureau·Développement·Enfant·Intervention·Parents·Réflexion

Des fois, je ne comprends pas…

Mother and daughter playing with finger toys

Les gens qui me connaissent savent que je suis profondément attachée à la cohérence. Quand deux de mes idées ne vont pas ensembles, je me questionne, je cherche à expliquer pourquoi ou je modifie l’une ou l’autre de mes idées. Quand je n’y arrive pas; je reste avec deux idées incohérentes entre elles et je suis la première à l’avouer.

Parfois, je trouve que les choix du réseau de la santé et des professionnels n’envoient pas des messages très cohérents. Pourquoi accorde-t-on autant d’importance (et je dirais même de prestige !) à l’acte diagnostique à défaut de l’intervention ? (Et je refuse l’excuse que « ce sont les parents qui veulent un nom pour le problème. ») Pourquoi est-ce que ça prend toute une équipe d’intervenants avec des études universitaires pour trouver le bon mot décrivant les difficultés d’un enfant alors qu’on laisse souvent le soin de l’intervention à une intervenante détenant un diplôme collégial ? Loin de moi l’idée de déprécier le travail des éducatrices et de déclarer que tout est une question de diplôme, mais ça me laisse une drôle d’impression.

Si ça prend toute une équipe d’expert pour poser le diagnostic, c’est qu’on pense que les difficultés sont complexes. Si les difficultés sont complexes, elles ne doivent pas uniquement l’être du moment de l’évaluation. Les professionnels qui sont nécessaires lors du diagnostic devraient l’être aussi de l’intervention, non ? Dans ma tête, ceci vaut pour toutes les étiquettes !

Aussi, je tends à penser que les professionnels qui diagnostiquent un problème devraient être ceux qui traitent la difficulté identifiée. Quand j’évalue, toutes mes observations et la relation que je développe avec le parent servent mon intervention par la suite. Et je crois qu’on ne sert pas l’enfant en interrompant le continuum (autant en changeant les personnes qu’en changeant les professionnels). Surtout, je doute qu’on facilite l’implication du parent dans l’intervention si on multiplie les rencontres d’évaluation, en désirant évaluer toujours davantage, plus précisément et sous plusieurs disciplines.

J’ai pour mon dire qu’en désirant être exhaustif et complet, on passe parfois à côté de l’essentiel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s