Développement·Enfant·Formation·Informations·Intervention·Lectures·Matériel·Milieu de garde·Réflexion·Scolaire

Ce n’est qu’un début

Logo

Vous avez peut-être remarqué que je suis aussi fascinée par le développement du langage, que par le développement de la pensée. D’ailleurs, ce blogue a failli s’appeler « Langage et pensée » ! Si vous notez bien, mon logo contient une bulle qui pense et une bulle qui parle… Et ce n’est pas par hasard !

Depuis plusieurs années, je m’intéresse beaucoup à la philosophie pour enfants. Si on pense qu’on ne peut pas faire de philosophie avec les enfants, c’est peut-être parce qu’on confond l’histoire de la philosophie et la pratique. Avec les enfants, on saute directement dans l’action : on philosophe !

Pendant la discussion, l’adulte soutient les enfants avec des questions qui relancent et approfondissent la discussion. Pour les intéressés, l’Association Québécoise de Philosophie pour enfants propose gratuitement des fiches d’accompagnement pour les enfants de 3 à 16 ans.

Au Québec, la pratique est répandue dans certaines écoles, comme le démontre le reportage de Radio-Canada (le vidéo ne fonctionne pas pour moi !) et le site de l’école la Tourterelle (ici, entrevue avec un enseignant de cette école). La philosophie pour enfants se base sur les travaux de Matthew Lipman. Une séance de philosophie se déroule habituellement ainsi : lecture à voix haute d’une histoire ou d’un conte, cueillette de question philosophique en lien avec le conte et discussion autour d’une ou plusieurs de ses questions.

On trouve ici et ici des exemples de questions abordées lors d’une session de philo avec des élèves du primaire. En France, la philo pour enfants est populaire dans certains milieux. Réalisé en France, le vidéo est un extrait du film « Ce n’est qu’un début » (« 2010) que je n’ai toujours pas vu !

Un jour, j’aimerais suivre le microprogramme en Philosophie pour enfants donné à l’Université Laval. Je vous tiens au courant ! Michel Sasseville est responsable de ce programme.

« Si on veut conduire les enfants à mieux penser, pas seulement plus, mais mieux, si on accepte l’idée que l’objectif de l’éducation est de rendre les enfants capables de penser par et pour eux-mêmes, alors il importe qu’ils s’engagent personnellement dans l’acte de penser et construisent ainsi, avec le temps et la répétition, la puissance de produire eux-mêmes les résultats, affirme Michel Sasseville. Comme en apprend à marcher en marchant, on apprend à penser en pensant dans les deux cas, ce qui est central, c’est le mouvement. »

Pour les intéressés :

– Site de philo pour enfants au Québec

Série documentaire : Des enfants philosophent

– Sur Facebook : La philosophie pour enfants

Prévention de la violence et philosophie pour enfants

Sam Chicotte, Émission à Télé-Québec

Enseignante parle de comment les ateliers de philo l’ont changée

Différence entre discussion d’opinion et philosophie pour enfants

Philo en CPE

Anne-Marie Duclos, formatrice en philosophie pour enfants au Québec

Plans de discussion pour se préparer à animer

Ajout 25 août 2013 : – Little philosophers, à Singapour

Publicités

2 réflexions au sujet de « Ce n’est qu’un début »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s