Évaluation·Dans mon bureau·Développement·Enfant·Intervention·Lectures·Réflexion

D’abord, les aider

téléchargement (1)Bernard Golse (dont j’ai déjà parlé ici) a écrit un livre récemment. : Mon combat pour les enfants autistes (2013). Je parle peu d’autisme sur ce blogue. Les enfants qui vivent avec cette problématique font partie de tous les enfants que je rencontre. En fait, les diagnostics des enfants qui viennent me rencontrer m’intéressent beaucoup moins que ce que je peux faire pour les aider. Pour moi, l’autisme est un diagnostic tout aussi fascinant qu’un autre.

Je ne suis pas d’accord avec tout ce que Bernard Golse écrit dans son livre, mais deux points ont retenu mon attention :

– Bernard Golse avance qu’avant 3 ans, ce qui est urgent c’est de repérer les enfants qui ont besoin d’aide et surtout de les aider. L’urgence est là. Le diagnostic ? Plus tard. Je sais bien qu’au Québec le diagnostic sert souvent à obtenir des services, mais oublions-nous parfois que ce qui aide l’enfant, ce n’est pas son diagnostic ? Golse soutient qu’avant 3 ans, il faut investir temps, ressources et énergie à aider les enfants à se développer plutôt qu’à trouver le diagnostic. En bas âge, il y a tellement de facteurs qui peuvent expliquer les mêmes symptômes; et les enfants sont souvent surprenants dans leur développement ! En intervenant tôt, on leur donne toutes les chances de développer le meilleur d’eux-mêmes. Dans mon bureau, je crains toujours qu’en figeant l’enfant dans un diagnostic si tôt, un effet pygmalion / prophétie auto-réalisatrice se produise. De plus, les diagnostics posés précocement (avant 3 ans) sont moins stables (donc, plus souvent changés) que ceux qui sont posés plus tard.

– Il existe plusieurs méthodes pour intervenir auprès des enfants. Et les méthodes doivent être choisies en fonction de l’enfant. Comme pour n’importe quelle autre problématique, il n’y a pas de recette. Il y a des études, des recherches, mais le travail du professionnel c’est de personnaliser le traitement en fonction des données ET du contexte ET de l’enfant. Ce qui est bon pour Adam, n’est peut-être pas optimal pour Léa !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s