Dans mon bureau·Intervention·Lectures·Matériel·Parents·Profession·Réflexion

Parce que les mots servent à grandir !

 

grandir
Source : http://opussecret.com/outille-pour-la-vie/grandir/

 

Récemment, un article sur un site m’a fait réfléchir à comment j’agissais avec les enfants qui n’ont pas le goût de venir me voir. La première fois qu’on se rencontre, certains enfants sont déjà à l’aise et d’autres sont un peu gênés. Je leur dis d’abord que c’est bien normal d’être gêné ! Après tout, c’est la première fois qu’on se voit. Lorsqu’ils reviennent pour les rencontres suivantes, la majorité des enfants sont habituellement souriants à l’idée de venir jouer et travailler avec moi. Certains jours, un enfant arrive moins enthousiaste qu’à l’habitude.  Les mots peuvent-ils sauver la situation ?

Si le parent me confirme que l’enfant ne voulait pas venir aujourd’hui, je demande d’abord à l’enfant ce qu’il aurait aimé faire à la place. S’il ne dit rien, je propose : peut-être voulait-il regarder la télé ? aller chercher sa soeur à l’école ? jouer avec son chien ? aller en tracteur avec son père ? Très souvent, dès qu’il sent que son désir est reconnu, la conversation débute et il participe bien ! Je lui demande comment ça se passe lorsqu’il accompagne son père en tracteur. On parle d’où il s’assoit, de ce que son père fait, etc. Et après seulement quelques minutes à parler de ce désir, l’enfant est souvent « apaisé » et est prêt à débuter les activités.

Un des raisons pourquoi les humains aiment parler, c’est parce que le langage nous permet de nommer nos désirs et nos joies, ce qu’on aurait voulu faire et ce qu’on regrette. Et les enfants apprécient la même chose ! Prendre quelques minutes pour converser avec eux sur ce qui les intéressent, plutôt que d’essayer de les convaincre que ce que nous ferons sera agréable, est ma solution la plus gagnante jusqu’à maintenant.

Une autre situation où j’utilise la même stratégie est lorsque l’enfant souhaite apporter un jeu de mon bureau à la maison. Je discute avec l’enfant de son désir : avec qui jouerait-il rendu chez-lui ? où est-ce qu’il le placerait ? Pour les parents, je compare souvent ces discussions avec l’enfant aux revues ou aux émissions de décoration qu’on regarde. Après avoir un peu rêver de vivre dans une grande cuisine blanche et moderne… on est prêt à retourner dans notre cuisine réelle pour continuer notre journée 😉

Évidemment, certains enfants continuent de demander ce qu’ils ne peuvent pas avoir. Mais au moins, je me dis que leur désir a été reconnu et qu’ils ont été entendus.

P.S. Je n’essaie pas de les convaincre que ce sera plaisant/agréable/facile. J’ai déjà discuté ici et ici des risques que je voyais à présenter toutes les tâches comme des jeux ou comme des activités faciles. Je risque davantage de demander à l’enfant de  venir choisir un jeu ou livre dans la matériathèque, mais je fais ça couramment que l’enfant doit enthousiaste ou pas 😀

Publicités

2 réflexions au sujet de « Parce que les mots servent à grandir ! »

  1. Je suis bien d’accord avec cette approche ! Je reçois aussi des petits clients en ergothérapie qui auraient préféré faire autre chose que de venir en thérapie ! Je tâcherez d’essayer votre stratégie ! Je vous en partage une à mon tour: à la fin de la séance, je n’ai pas tendance à féliciter l’enfant pour ses efforts et lui donner une surprise (méritée ou pas). Je lui demande plutôt : crois-tu avoir mérité une surprise aujourd’hui ? Donne-moi trois bonnes raisons ! Les enfants doivent apprendre à développer leur motivation interne plutôt que de dépendre de la reconnaissance extérieur pour se bâtir une confiance. Ce blogue est un moyen intéressant de se partager des trucs!

  2. Merci de votre commentaire ! Pour développer la motivation interne, je trouve que nommer à l’enfant ses difficultés, ça aide à se motiver 😉 Ex. : « C’est difficile parfois pour toi de parler et peut-être que les gens ne comprennent pas quand tu parles. Mon travail, c’est d’aider les enfants à parler. Comme ça, quand ton frère prend tes jouets, tu pourras lui dire : Non, c’est mon auto. Tasse-toi, c’est ma chaise. » J’ai déjà vu les yeux de certains s’illuminer juste à l’idée qu’ils pourraient s’affirmer devant les autres enfants =D

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s